Accueil > Interview - Portrait > Ce que va changer le départ du surpuissant ministre saoudien du pétrole, Ali (...)
Ce que va changer le départ du surpuissant ministre saoudien du pétrole, Ali Al-Naïmi
9 mai 2016
Version imprimable de cet article

INTERVIEW Ali Al-Naïmi, le ministre du pétrole de l’Arabie saoudite, qui est aussi l’homme le plus influent au sein de l’OPEP, a été limogé et remplacé par le patron de la compagnie pétrolière Aramco. L’analyse de l’économiste Thomas Porcher.

"L’homme le plus puissant au monde dans le domaine pétrolier", avait écrit le magazine américain Forbes en 2014, à son sujet. Ali Al-Naïmi, le ministre saoudien du pétrole, qui est aussi l’homme le plus influent au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a été limogé samedi 7 mai. Il sera remplacé par le patron du géant pétrolier Aramco, Khaled Al-Faleh, nommé ministre de l’Energie, de l’Industrie et des Ressources Minières, selon un décret du roi Salmane, qui a procédé à un large remaniement de son gouvernement.

Quelles conséquences ce départ va-t-il avoir sur le marché pétrolier ? L’Arabie Saoudite va-t-elle poursuivre sa stratégie solitaire et agressive contre l’Iran et les producteurs de schiste américains ? L’analyse de Thomas Porcher, économiste spécialiste du pétrole et professeur à la Paris school of business, auteur de l’ouvrage "20 idées reçues sur l’énergie".

Le départ d’Ali Al-Naïmi va-t-il avoir un impact sur la politique pétrolière saoudienne ?

Il incarnait depuis une vingtaine d’années la politique pétrolière du royaume [Ali Al-Naïmi est devenu ministre du pétrole en 1995 après avoir présidé le géant pétrolier Aramco, Ndlr] et avait laissé entendre il y a quelques mois son désir de quitter son poste. Il menait une politique conforme à la volonté royale. Et de ce point de vue la stratégie pétrolière de Riyad devrait rester inchangée. Jusqu’en 2014, l’Arabie saoudite a produit par quotas pour faire augmenter les prix. La demande était forte, et en choisissant de raréfier l’offre, l’Arabie saoudite, qui possède les réserves pétrolières les plus importantes au monde, faisait bondir les prix. Puis en 2014, les producteurs de schiste aux États-Unis sont arrivés. Riyad a alors choisi d’inonder le marché pour conserver ses parts et affaiblir les pétroliers américains. Les prix ont alors baissé en raison de cette stratégie agressive des Saoudiens et d’une demande qui faiblissait (le prix du baril qui était de 100 dollars début 2014 est tombé à environ 45 dollars actuellement après être descendu sous les 30 dollars en janvier, Ndlr).

Cette baisse des prix est moins douloureuse pour l’Arabie saoudite puisque son pétrole est rentable à partir de 20 dollars le baril contre environ 50 dollars pour le pétrole de schiste américain. Et même si cette baisse creuse le déficit budgétaire saoudien (Riyad a enregistré en 2015 un déficit budgétaire record de 89 milliards d’euros, Ndlr), le royaume peut s’appuyer sur des réserves importantes (environ 650 milliards de dollars, Ndlr). Le départ d’Ali Al-Naïmi ne devrait ainsi pas déboucher sur un changement de stratégie. C’est d’ailleurs ce qu’a expliqué son successeur. Il ne faut donc pas s’attendre à une hausse rapide du prix du baril.

Quelles conséquences ce départ peut-il avoir sur l’OPEP ?

La stratégie baissière saoudienne a eu pour conséquence de rendre la vie impossible à d’autres pays concurrents, et membre de l’OPEP, comme le Venezuela [au bord de la faillite, le pays augmenté le prix de l’essence de 6.000%, Ndlr], l’Algérie ou le Nigeria dont environ 90% des exportations sont des hydrocarbures. Le pétrole pour ces pays n’est rentable qu’à partir de 80 voire 120 dollars le baril. Les Saoudiens veulent faire en sorte que le pétrole qui coûte le plus cher à produire (schiste, sables bitumeux) sorte du marché. Ils font ainsi face à de plus en plus de critiques au sein de l’OPEP. Leur stratégie est solitaire et non collective comme cela a pu être le cas par le passé. L’échec de la réunion de Doha mi-avril a été l’illustration de cela. Cette réunion a fait la démonstration que l’OPEP ne fonctionne plus. Il y a un vrai risque de scission de l’organisation si les prix bas se poursuivent, ce qui devrait être le cas encore un an et demi.

A côté de cette stratégie agressive, Riyad vient également d’adopter un plan, appelé "vision 2030", pour diversifier son économie et atténuer sa dépendance vis-à-vis du pétrole. Cela vous surprend-il ?

Ce qui me surprend est la privatisation partielle (moins de 5%) d’Aramco annoncé par les Saoudiens dans le cadre de ce plan. Cette compagnie nationale est historiquement le bras armé de la politique saoudienne. Elle est surpuissante. Et cette décision, même si elle va rapporter beaucoup d’argent, va à rebours de ce que fait l’Arabie saoudite depuis plusieurs années. Riyad envoie deux signaux qui sont presque un aveu de faiblesse au sein de l’OPEP : il y a un après pétrole et surtout l’Arabie saoudite semble être disposée à ne plus jouer son rôle de leader au sein du cartel. Si Aramco devient une compagnie privée, ce qui est encore très loin d’être le cas, elle n’aura alors aucun intérêt à réduire sa production. Elle voudra gagner un maximum d’argent tout de suite. Ce sont de signaux qui annoncent un marché mondial plus concurrentiel et surtout une OPEP plus éclatée, sans véritable gendarme.

Par Antoine Izambard
Challenges.fr/



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)