Accueil > Espace entreprise> Développement personnel - Organisation > 10 Films Qu’un Patron de Start-up Devrait Regarder
10 Films Qu’un Patron de Start-up Devrait Regarder
4 juillet 2016
Version imprimable de cet article

De tout temps, le cinéma a été une source d’inspiration inépuisable pour ceux qui rêvent de devenir des bâtisseurs d’empire industriel, qu’il soit réalisé sous forme de thriller, de comédie ou de drame. De nombreux films sont inspirés de faits réels et sont parfois réalisés avec le concours de conseillers techniques issus du monde des affaires. Ils ont le mérite de transmettre le goût d’entreprendre, de persévérer et de réussir aux spectateurs qui s’identifient pour la plupart du temps aux personnages.
Dans cet esprit, vous trouverez ci-dessous une liste de films, téléfilms et séries, à (re) voir, qui peuvent constituer à la fois un moyen de divertissement et d’apprentissage.

1°) House of Cards
Année de sortie du 1er épisode : 2013

Frank Underwood, un homme politique chevronné et membre du parti démocrate et élu à la Chambre des représentants, est pressenti pour être nommé Secrétaire d’Etat, un titre correspondant à celui de ministre des Affaires étrangères. Contre toute attente, la chef de cabinet Linda Vasquez lui annonce que le Président envisage de nommer une autre personne à ce poste.
A partir de cet instant, le député, se sentant trahi , déploie une énergie portée à l’extrême pour gravir les échelons du pouvoir suprême, en manipulant ou en écartant sur son passage tous ceux qui peuvent constituer un obstacle à son projet.

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Se sentant supérieur aux autres et persuadé d’avoir raison sur tout, le personnage de Frank Unbderwood ne supporte pas que sa garde rapprochée soit en désaccord avec ses points de vue ou que ses décisions soient vigoureusement contestées. Il n’hésite pas à former des alliances politiques de façade et utiliser la flatterie pour parvenir à ses fins. A contrario, il inspire à la fois de la crainte, l’admiration et la confiance aux membres de son équipe qui se sont engagés à le suivre sans hésitation en toute circonstance.

Imbu de leur personne, les chefs d’entreprise narcissiques sont connus pour ne tolérer aucune inexactitude ou approximation sur les performances et résultats qu’ils exigent de leurs employés. La crainte qu’ils occasionnent oblige ces derniers à se surpasser pour apporter un haut niveau de satisfaction au sein de la start-up. D’autre part les facteurs-clés de succès dans les phases de négociation auprès de clients potentiels par exemples reposent en partie sur les traits de caractère fréquents chez les patrons « manipulateurs » qui disposent d’une capacité d’influence réelle et de persuasion sur leurs interlocuteurs.

2°) The Social Network
Année de sortie : 2010

Le film nous fait découvrir les origines de la création du réseau social Facebook par Mark Zuckerberg et évoque les rapports tumultueux avec ses camarades étudiants de l’université de Harvard.

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Ce film aide à mieux cerner la personnalité de Mark Zuckerberg, certes visionnaire, mais doté d’un égo démesuré, opportuniste, impulsif, introverti, quitte à trahir ses plus proches amis et faire fi des considérations morales. A tous ces égards, Il est intéressant pour des entrepreneurs de se demander si ces traits de caractère sont indispensable à la réussite d’une startup

D’autre part, le film nous fait comprendre que la genèse de Facebook ne s’inscrit pas dans un schéma classique concernant la validation d’une idée : Au lieu de s’interroger sur la faisabilité de son projet de réseau social en réalisant une étude de marché, Mark Zuckerberg a su faire confiance à son intuition et ceux de son entourage et senti tout simplement que son idée tenait la route. Comme quoi, le fait d’avoir du flair est parfois plus efficace qu’une analyse rationnelle…

3°) Le loup de Wall Street
Année de sortie 2013

Jordan Belfort, un courtier en Bourse à New York , s’associe à Donnie Azoff, un homme habitant dans le même bâtiment que lui, pour fonder la firme de courtage Stratton Oakmont qui réalise plus tard de très confortables bénéfices, en appliquant toutefois des méthodes illégales. De ce fait, l’immense fortune dont il dispose lui fait côtoyer, le pouvoir, la corruption, la drogue, les femmes et autres excès en tout genre. En quelques temps, il passe de la gloire à la déchéance…

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Bien au-delà de quelques scènes du film réservées à un public averti et de la description d’un monde immoral, l’un des enseignements que l’on peut tirer à travers le personnage de Jordan Belfort est qu’un bon patron de startup doit savoir comment instaurer d’emblée une connivence avec de jeunes employés sans qualification, ni diplôme, ni expérience. Il fait preuve de patience et d’enthousiasme à leur égard pour transmettre son savoir et les rudiments du métier en employant un vocabulaire simple ou en prononçant des discours pour être compris et retenu, autrement dit savoir transmettre des connaissances sur ses qualités de pédagogue.

Ensuite, il est extrêmement réactif et doté de compétences nécessaires pour concrétiser rapidement son idée face à ceux qui envisageaient d’exercer la même activité, en l’occurrence le courtage, mais restée à « l’état de rêve ».

La loyauté de son personnel lui est acquise, sous réserve que ce dernier en tire aussi parti : en échange d’un engagement très fort au sein de l’entreprise, les employés bénéficient de salaires confortables et des perspectives d’évolution de carrière attractives.

Enfin, Jordan Belfort a su analyser les événements passés et capitaliser ses échecs au sein de sa profession lorsqu’il exerçait comme courtier à Wall Street afin de bâtir sa propre firme en tenant compte de quelques améliorations, au risque de s’imprégner de pratiques illégales, pour mener son affaire vers le succès

4°) Les Pirates de la Silicon Valley
Année de sortie : 1999

Le téléfilm raconte les débuts de la micro-informatique à travers les premiers pas de de Bill Gates et Paul Allen d’une part, cofondateurs de Microsoft, et l’ascension de Steve Jobs et Steve Wozniak d’autre part, créateurs de la firme Apple. S’ensuit un lutte acharné entre les quatre visionnaires pour conquérir le marché mondial.

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

La plupart des traits caractéristiques chez un entrepreneur à succès sont identifiés chez les co-fondateurs de Microsoft et Apple : leur passion pour l’information, l’intuition visionnaire et l’esprit de compétition qui les a animés pour conquérir le monde

5°) Glengarry
Année de sortie : 1992

Dans le cadre d’un projet de restructuration chez Mitch & Murray, une importante société immobilière, un cadre supérieur annonce l’organisation d’une compétition qui départagera les meilleurs vendeurs et attribuera des lots parmi lesquels 1er prix, une voiture Cadillac El Dorado et .prix, un jeu de couteaux de cuisine pour le second lauréat. Les autres se feront licenciés. Alors débute une guerre impitoyable entre les démarcheurs pour conserver leur emploi

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Le film nous rappelle à quel point l’univers dans lequel exercent les vendeurs est brutale et perfide, et montre jusqu’à quelle extrémité ces démarcheurs ont recours au mensonge, à la ruse et à la tromperie pour faire du chiffre d’affaire.

Face aux exigences de rendement excessives fixé au sein d’une entreprise, le fait de tirer le meilleur de ses collaborateurs a parfois le revers de la médaille : les employés ne se contentent plus d’avancer à un rythme qu’ils jugeraient nécessaires pour atteindre les objectifs ; ils peuvent également braver tous les interdits et ne tenir compte d’aucune réglementation pour conserver leur emploi. Un tel état d’esprit plombe l’ambiance de travail et nuit au travail d’équipe.

6°) Les Initiés
Année de sortie : 2000

Après avoir mis fin à ses activités dans un casino clandestin, Seth Davis travaille dans une société de courtage, située près de Manhattan, qui perçoit au passage des commissions disproportionnées au regard des prestations qui y sont proposées, c’est-à-dire la vente de placements. Grace à ses talents et son implication, il obtient des résultats exceptionnels, suscitant de la jalousie autour de lui. Etonné par le montant mirobolant de son premier salaire, il devient progressivement soupçonneux et comprend que derrière les apparences de réussite et de respectabilité de cette entreprise d’intermédiation, se cache la « Boiler Room », une société spécialisée dans la vente de placements fictifs

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Le film nous enseigne que chaque personne peut être confrontée régulièrement à des dilemmes éthiques et moraux au sein de l’entreprise. D’autre part, il décrit de manière exacte et pointue les techniques de télémarketing et de vente directe.

7°) Harcèlement
Année de sortie : 1994

Cadre dans une importante société informatique dénommée DigiCom, Tom Sanders compte sur le logiciel de réalité virtuelle qu’il a mis au point entrevoir la possibilité d’être promu comme vice-président. Mais sa direction lui préfère Meredith Johnson qui s’avère être son ancienne maitresse. Repoussant les avances très explicites de sa nouvelle responsable hiérarchique beaucoup plus tard, Tom Sanders se retrouve le lendemain accusé d’harcèlement sexuel par cette dernière.

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Au-delà du thème central qui est le harcèlement sexuel, le film nous plonge dans l’univers quotidien de la gestion de ressources humaines et du comportement organisationnel, montre les réflexes et attitudes du patron et du salarié lorsqu’ils se retrouvent confrontés à des situations litigieuses
Un autre aspect du film, ayant attiré mon attention, met en exergue les assemblées au cours desquelles le PDG et les directeurs de divisions rendent compte aux actionnaires de l’entreprise. Lors d’une réunion, le chef de la division Production court le risque de perdre la confiance des investisseurs à cause du report de la sortie d’usine des produits suite à un défaut de fabrication.
Les leçons à en titrer : Même lorsque que le fondateur réussit à faire entrer des fonds d’investissement ou des Anges financiers au capital de sa startup, la bataille n’est pas terminée. La technologie évolue à toute vitesse et le cycle d’innovation se compte parfois en terme de semaine ou de mois ; Il faut savoir développer des produits et services à un rythme accéléré sous peine de voir la concurrence contre-attaquer ardemment et de rendre obsolète les produits innovant de son entreprise. Les assemblées permettent aux investisseurs, le plus souvent, des anciens patrons ayant déjà exercé dans le même secteur d’activité, de contrôler le bon fonctionnement de l’entreprise dans lequel ils possèdent des parts et de vérifier si le haut niveau d’exigence demandé par le secteur des Nouvelles technologies, auquel l’équipe managériale s’est engagée à respecter, est atteint.

8°) Un fauteuil pour deux
Année de sortie : 1983

Deux milliardaires arrogants propriétaires d’une puissante société de courtage, Randolph et Mortimer Duke ont échangé par une subtile machination les situations respectives de Louis Winthorpe, le fiancé de leur nièce et brillant chargé d’affaires et un mendiant fort débrouillard Billy Ray Valentine, à la suite d’un pari insensé. Ce dernier exerce sa nouvelle fonction de chargé des investissements avec brio chez Duke& Duke, alors que le futur gendre des deux fortunés s’enlise dans la précarité

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Même si l’attitude des deux milliardaires Randolph et Mortimer Duke dissimulait des intentions peu louables, Billy Ray Valentine a su saisir pleinement sa chance, retourner la situation à son avantage et défier ses nouveaux employeurs en émettant ses propres opinions en tant qu’ « électron libre » sur les comportements d’achat de clients potentiels à la veille de Noel, », ne souciant aucunement des méthodes usuelles de management, des instructions et des règles qu’il doit suivre au sein de la société de courtage.

Certes, la chance sourit aux personnes audacieuses. Mais elle s’offre également à ceux qui effectuent simplement des choix de carrière qui ne requièrent ni un plan mûrement réfléchi ni une analyse rationnelle. Pour forcer votre destin, vous devez en permanence vous assurer de tirer le maximum de chaque situation ou de chaque rendez-vous professionnel afin de favoriser la croissance de votre startup. Si vous recevez par exemple une offre de financement d’un fonds d’investissement, profitez-en pour lui demander l’activation de son réseau pour approcher un autre Business Angel ou bénéficier le carnet d’adresses de clients prestigieux.

9°) Wall Street
Année de sortie : 1987

Le film décrit l’ascension et la chute d’un trader, Bud Fox, souhaitant à tout prix suivre les pas d’une véritable de la finance Gordon Gekko, un investisseur qui n’hésite pas à le manipuler en retour pour servir ses propres intérêts.

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

L’obsession de Bud Fox pour l’argent facile va progressivement le déshumaniser et lui faire perdre son système de valeurs.
Devenir célèbre n’est pas une fin en soi et l’argent ne doit pas devenir le seul moteur du travail.
Faire carrière dans le sillage d’un mentor très expérimenté peut constituer pour un jeune cadre une aventure alléchante ; cela valorise les compétences de l’intéressé et enrichit son carnet d’adresses.

Toutefois, le manager doit éclaircir tous les points relatifs aux attentes du protecteur, connaître ses marge de manœuvre et sa liberté d’action dont il disposera, prendre connaissance des dispositions prévues en cas de fiasco d’une mission et surtout le questionner sur les obligations d’ordre éthique et déontologique auxquelles les parties seront tenues.

10°) Rocky
Année de sortie : 1976

Un boxeur de seconde plan, Rocky Balboa surnommé également « l’étalon italien », saisit sa chance en acceptant la proposition du champion du monde de boxe catégorie poids lourd, Apollo Creed, de l’affronter sur le ring. Ce dernier remet donc son titre en jeu…

Analyse sous l’angle entrepreneurial :

Le film nous apprend que la très belle résistance du compétiteur Rocky Balboa face au champion du monde, Apollo Creed, est le fruit d’un travail acharné, du courage et de la détermination.

Même si tout le monde autour de vous tente de décourager en répétant inlassablement que vous n’avez aucune chance de réussir dans votre projet de startup, vous devez continuer à vous battre - bien entendu au sens second du terme ! De ce fait, l’esprit de compétition qui vous animera vous rendra beaucoup plus fort.

Harley McKenson
Fondateur et gérant de www.McKenson-Invest.com
Investirafrique1.blogspot.fr/



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)