Accueil > Espace entreprise> Management - Gestion des Ressources Humaines > Intégration dans l’entreprise : Entretien avec Abdelhamid Mouhandiz, (...)
Intégration dans l’entreprise : Entretien avec Abdelhamid Mouhandiz, consultant en ressources humaines
1er avril 2017
Version imprimable de cet article

Il faut savoir repérer les personnes décisives pour une bonne intégration. Un nouveau doit se réserver une période d’observation, sans pour autant hésiter à poser des questions et se renseigner sur les moindres détails qui font la spécificité de l’entreprise.

Les premiers pas d’une recrue est souvent un exercice délicat autant pour elle que pour l’entreprise. Expérimenté ou pas, tout nouveau salarié doit chercher à comprendre les codes de fonctionnement de l’entreprise, trouver des appuis parmi les collègues et afficher son désir de s’adapter. Pour l’entreprise, il s’agit de bien baliser le terrain. Les explications d’Abdelhamid Mouhandiz, consultant en ressources humaines.

Intégrer une nouvelle entreprise n’est pas toujours facile. Généralement, quels sont les facteurs qui favorisent une bonne adaptation dans un nouvel environnement ?

Commencer dans une nouvelle entreprise, c’est toujours un saut dans l’inconnu. Généralement, on connaît plus ou moins le poste et le salaire qu’on va toucher mais pas l’environnement de travail.
La meilleure façon d’avoir une idée sur la culture d’une entreprise est de se renseigner auprès d’une personne qui la connaît bien. Le candidat pourrait ainsi avoir quelques éléments de réponse sur la culture de l’entreprise, son mode de gouvernance, l’ambiance de travail, les codes de fonctionnement…
Il faut dire que très peu d’entreprises ont une procédure d’intégration spécifique avec communication et livraison de documents et livret d’accueil, mise en place des ressources nécessaires, rencontres avec les responsables hiérarchiques…
Dans l’entreprise, il faut savoir aussi repérer les personnes décisives : le supérieur hiérarchique ou le DRH, par exemple.
A terme, le type de culture au sein de l’entreprise est essentiel. Celle-ci influe énormément sur l’intégration efficiente d’une personne. La vision générale, les valeurs de l’entreprise, la performance, la créativité, les récompenses, les promotions et la façon de responsabiliser, tous ces paramètres constituent des éléments déterminants auxquels est confrontée la nouvelle recrue.
Le plus important est de se donner du temps pour s’habituer à la culture de l’entreprise.
On peut toujours regretter certaines choses de son ancien boulot, mais il s’agit de faire des points de contact entre toutes les possibilités qu’on n’a pas prise afin de se lancer dans cette nouvelle aventure.

Et les facteurs pouvant conduire à des difficultés d’adaptation ?

Il revient au nouveau de faire l’effort qu’il faut pour bien intégrer l’environnement et non pas l’inverse.
Lorsqu’une entreprise recrute une personne déjà expérimentée, c’est dans le but de profiter de ses connaissances. Mais il faut éviter de tout comparer avec son ancienne entreprise. Apporter son expérience ne signifie pas l’imposer. D’un autre côté, il faut se garder de s’isoler.
On peut toujours demander l’aide d’un référent pour toutes les choses pratiques que l’on ne connaît pas encore : salle de pause, salle de réunion… C’est une bonne façon de se déplacer dans l’entreprise et de commencer à se faire une idée de l’organigramme.

Une entreprise accueille des jeunes et des personnes expérimentées. En apparence, ces deux deux catégories n’ont pas les mêmes préoccupations. Alors comment doit s’y prendre la jeune recrue ?

Un jeune débutant doit privilégier avant tout la phase d’observation et d’analyse de son nouvel environnement. Il lui faut prendre le temps de faire la connaissance des uns et des autres, ainsi que de la culture d’entreprise. Toutefois, il ne doit pas hésiter à poser des questions, à se renseigner sur les moindres détails qui font la spécificité de la société.
Quant au groupe déjà constitué, c’est-à-dire l’équipe ou le service, il bénéficie également de ce temps pour intégrer le nouvel arrivant.

Et le cadre dirigeant, quelle attitude doit-il adopter face aux collègues, collaborateurs et supérieurs hiérarchiques ?

L’intégration d’un cadre dirigeant demande beaucoup de temps. Il s’agit aussi de suivre une période d’observation et d’écoute et surtout de faire profil bas malgré l’expérience.
Je me souviens d’un haut cadre qui est revenu au Maroc pour occuper le poste de DG d’une société pharmaceutique après avoir occupé un poste important dans le même groupe à l’international. Malgré son parcours et son expérience, il a pris le temps de bien s’adapter au sein de l’entreprise en partageant son expérience et en bénéficiant de l’expérience des autres tout en étant à l’écoute des collaborateurs. Le fait de ne pas imposer sa méthode dès le départ a fait qu’il a été bien apprécié par la suite.
Toujours est-il qu’on peut s’attendre à ce qu’un cadre dirigeant montre des marques de leadership durant sa période d’intégration. Il ne faut pas oublier que la première chose attendue d’un nouveau manager est de prendre rapidement connaissance des dossiers en cours et d’agir en conséquence.

Faut-il démissionner quand on n’arrive pas à s’intégrer ?

Je ne le pense pas. Comme je l’ai dit, il faut prendre le temps de s’adapter. Ne pas se victimiser ou être en situation de force quand on vit une nouvelle situation.
L’important, c’est de demander de l’aide auprès de la direction pour que l’intégration se passe bien.

Brahim Habriche | Lavieeco.com/



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)