Accueil > Actualité > Le Burkina Faso lance son dispositif de soutien au financement des (...)
Le Burkina Faso lance son dispositif de soutien au financement des PME/PMI
13 septembre 2018
Version imprimable de cet article

Selon le ministre Kaboré. « C’est un outil qui va permettre aux banques d’être à l’aise et de pouvoir accompagner les entreprises dans la quête de financement de leurs projets et marchés », s’est-t-il réjoui tout en indiquant que la présence de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) rassure les banques. Il a, par ailleurs, remercié la BCEAO d’avoir œuvré avec les acteurs des structures d’appui aux secteurs privés et son ministère pour opérationnaliser le mécanisme de soutien qui permettra aux PME/PMI d’accéder facilement aux crédits.

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat a lancé officiellement, le lundi 10 septembre 2018 à Ouagadougou, le dispositif de soutien au financement des Petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI).

Le gouvernement du Burkina Faso veut créer des conditions nécessaires à l’essor des Petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI). Pour ce faire, il a été mis en place un dispositif de soutien aux PME/PMI. Le lancement de l’initiative, effectué par le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a eu lieu, le lundi 10 septembre 2018 à Ouagadougou. Selon le chef du département du commerce, le dispositif vise à améliorer l’accès au financement bancaire des PME/PMI dans les Etats-membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA). D’après lui, les PME représentent plus de 80 du tissu économique du Burkina Faso. De ce fait, il a relevé que ces entreprises apportent une contribution importante à la croissance économique et à la création d’emplois. Conscient de cela, a souligné le ministre, le gouvernement a adopté la loi d’orientation de promotion des PME le 27 avril 2017 et la charte des PME le 30 septembre 2017. En plus, le dispositif de soutien vient ajouter plus de clarté sur la vie des PME/PMI, leur capacité à s’endetter et à rembourser, selon le ministre Kaboré. « C’est un outil qui va permettre aux banques d’être à l’aise et de pouvoir accompagner les entreprises dans la quête de financement de leurs projets et marchés », s’est-t-il réjoui tout en indiquant que la présence de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) rassure les banques. Il a, par ailleurs, remercié la BCEAO d’avoir œuvré avec les acteurs des structures d’appui aux secteurs privés et son ministère pour opérationnaliser le mécanisme de soutien qui permettra aux PME/PMI d’accéder facilement aux crédits.

Un soulagement

Le directeur national de la BCEAO pour le Burkina, Charles Luanga Ki-Zerbo a, pour sa part, indiqué que le financement des PME/PMI est né de la volonté des chefs d’Etat de l’UEMOA à financer l’Union. En 2012, a-t-il confié, les chefs d’Etat ont mis en place des mesures dont le renforcement du financement des PME/PMI dans l’UEMOA qui passe par les entreprises, les banques, l’Etat et la BCEAO. Le directeur national a souligné que son institution a mis en place un cadre qui s’appuie sur les dispositifs existants (lois et chartes PME). De son avis, un procédé est sur pied pour identifier les entreprises qui ont un chiffre d’affaires de moins de 1 milliard de francs CFA, inscrites au registre du commerce, ayant une comptabilité à jour, une situation financière correcte et appuyées par des structures. A l’issue, a-t-il relevé, 18 structures, organisées autour de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises du Burkina Faso (CGPME-BF) ont été identifiées pour accompagner les PME/PMI.

Le représentant du président de la CGPME-BF, Thomas Baguemzanré, s’est réjoui de la mise en place par la BCEAO du dispositif de soutien au financement des PME/PMI au Burkina. « Je pense que celui-ci contribuera à nous soulager dans notre recherche continuelle de financements adaptés à nos besoins », a-t-il espéré.
Le représentant du président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (APBEF), Diakarya Ouattara, a indiqué que l’activité des banques est de rechercher des ressources pour accompagner l’ensemble de l’économie du Burkina.

Lassina BADOLO
Sidwaya.bf



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)