Accueil > Actualité > Lancement de l’Emprunt obligataire « Trésor Public du Burkina Faso 6,5% (...)
Lancement de l’Emprunt obligataire « Trésor Public du Burkina Faso 6,5% 2018-2025 »
23 octobre 2018
Version imprimable de cet article

La Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique du Burkina Faso a tenu une rencontre d’échange et de sensibilisation qui a réuni les responsables d’institutions financières et les médias le lundi 22 octobre 2018. Cette rencontre a permis de présenter l’Emprunt obligataire de l’Etat du Burkina Faso « Trésor Public du Burkina Faso 6,5% 2018-2025 » et marque son lancement officiellement. La cérémonie de lancement a été présidée par Sanou Celestin Santéré, directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, représentant la ministre en charge de l’économie.

Depuis 2002 à nos jours, le Burkina Faso a procédé à 128 émissions de titres publics dont 86 émissions de bons du Trésor avec un montant total mobilisé de 1.779 milliards 875 millions et 36 émissions d’obligations du Trésor par adjudication avec 1.183 milliards 904 millions mobilisé sur un total de 1.176 milliards mis en adjudication soit un taux de couverture général de 100,93%.

A cela s’ajoute les 6 émissions d’emprunts obligataire par appel public à l’épargne sur le marché financier sous régional pour un montant mobilisé de 484 milliards 165 millions sur un montant total sollicité de 340 milliards soit un taux de couverture global de 142,40%. Le tout couronné par le respect de ses engagements, toute chose qui lui a value la note « B/B » du Standard And Poors Global Rating. C’est fort de ses performances que le ministère de l’Economie, des finances et du Développement à travers la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique du Burkina Faso a recours à l’emprunt obligataire le « Trésor Public du Burkina Faso (TPBF) 6,5% 2018-2025 » pour la mobilisation de ses ressources financières pour les sept (07) ans à venir. Un emprunt obligataire est un titre de créance, c’est-à dire qu’il représente une dette, remboursable à une date et pour un montant fixé et qui rapporte un intérêt.

Pour le TPBF 6,5% 2018-2025, comme sa dénomination l’indique, porte sur un montant indicatif de 75 milliards au taux de 6,5 avec maturité de sept ans dont deux ans de différé et constitue le septième du genre. Ce fond collecté devra servir à financer les projets et programmes de l’Etat. « Comme vous le savez, le budget de l’Etat rassemble un certain nombre de ressources dont les ressources internes et les ressources exceptionnelles pour faire face à l’ensemble des besoins de l’Etat.

L’Emprunt que nous venons de lancer, fait partie de la catégorie de ressources exceptionnelles qui sont mobilisées mises à contribution pour le financement des projets de l’Etat » justifie Sanou Célestin Santéré, le directeur général du Trésor et de la Comptabilité Publique.

Souscrire aux titres publics burkinabés comporte des avantages à savoir des exonérations fiscales pour les résidents du Burkina Faso, l’inscription à la côte de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières, l’admission des titres au refinancement de la BCEAO et le remboursement semestriel.

Le TPBF 6,5% 2018-2025, est porté par le Chef de file, la Société Burkinabè d’Intermédiation Financière (SBIF) et les Co-chefs de file à savoir BSIC Capital, BOA Capital Securities, la SGI Benin mais aussi par le syndicat de placement et une agence de communication.

Ils ont à leurs charges, la mission de conduire la mobilisation des ressources par appel Public à l’Epargne dans le but d’atteindre l’ambition du PNDES qui est de transformer structurellement l’économie burkinabè à travers le renforcement des secteurs d’appui au développement économique d’une par et la construction d’un tissu économique compétitif et durable d’autre part. « Pour ce type d’opération, nous nous associons avec des partenaires issus de l’UEMOA, les structures de bourse sont impliquées et nous comptons sur l’intervention du système bancaire, des assurances et des particuliers comme vous pour pouvoir mobiliser le plus de fond pour le financement du PNDES.

Dans tous les pays de l’UEMOA et même en dehors, cette opération va faire l’objet de diffusion large pour permettre aux uns et aux autres de pouvoir investir pour le financement de notre économie » exhorte Alexis Lourgo, directeur général de la SBIF.

Ousmane Kabore
www.burkinapmepmi.com

Legende
1- Sanou Célestin Santéré, directeur général du Trésor et de la Comptabilité Publique du Burkina Faso et Alexis Lourgo, directeur général de la SBIF
2- Les participants



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)