Accueil > Actualité > Tunisie - Le pays est assis sur une bombe : La moitié des PME vont (...)
Tunisie - Le pays est assis sur une bombe : La moitié des PME vont mal
15 mars 2019
Version imprimable de cet article

La moitié des petites et moyennes entreprises (PME) tunisiennes, soit 10 mille sociétés, vivent des difficultés financières, a indiqué le président de l’Association tunisienne des investisseurs en capital (ATIC), Mohamed Salah Frad. “Si cette situation continue, les PME, qui constituent 95% du tissu économique du pays, peuvent fermer leurs portes et des emplois seront ainsi perdus“, a-t-il averti.

La moitié des petites et moyennes entreprises (PME) tunisiennes, soit 10 mille sociétés, vivent des difficultés financières, a indiqué le président de l’Association tunisienne des investisseurs en capital (ATIC), Mohamed Salah Frad.

Cinq (5) mille de ces entreprises en difficulté ne communiquent pas sur leur situation financière, a-t-il ajouté, lors d’une conférence organisée, jeudi 14 mars 2019, à Tunis, sur le thème “restructuration des entreprises en difficultés : rôle du capital-investissement”.
“Si cette situation continue, les PME, qui constituent 95% du tissu économique du pays, peuvent fermer leurs portes et des emplois seront ainsi perdus“, a-t-il averti.

Le responsable a souligné, ainsi, le rôle des investisseurs en capital dans le sauvetage des ces entreprises, en termes d’anticipation et de détection précoce des crises, de renforcement des leurs ressources propres, de financement de leurs plans de restructuration, ainsi qu’en matière de conquête d’autres marchés.

“Le capital investissement contribue à l’identification des ressources financières permanentes aux PME, à travers la souscription directe dans le capital de la PME ou bien via la bourse“, a rappelé Frad

En Tunisie, le portefeuille de l’intervention du capital investissement dans le capital des PME s’élève, actuellement, à 2,7 milliards de dinars, soit 3% du PIB. Comparé aux taux enregistrés dans des pays voisins, ce taux est important. Mais, il demeure faible par rapport aux pays développés.

Au total, 5 mille PME tunisiennes ont bénéficié du financement capital-investissement, ce qui a permis la création de plus de 50 mille emplois.

Du côté de l’Etat, une stratégie industrielle de 5 ans (2020-2025) ciblant les PME est en cours d’élaboration par le ministère de l’Industrie et des PME. “Cette stratégie tend à identifier des solutions aux problèmes auxquels font face les PME tunisiennes, dont, surtout, la sous capitalisation et l’aspect familial de ces entreprises, qui les empêche à se transformer en grandes sociétés“, a fait savoir le secrétaire d’Etat aux PME Habib Debbabi .

Le ministère est en train de chercher un bailleur de fonds pour identifier une ligne de financement qui assurera la restructuration, la digitalisation et l’accompagnement des PME à se transformer.

Un projet de loi concernant le crowdfunding (financement participatif) va être également présenté en juin 2019 dans l’objectif de faciliter le financement des PME.

Pour rappel, la Tunisie dispose déjà d’une loi, celle d’avril 1995, régissant le redressement des entreprises en difficulté. “Toutefois, l’amendement de cette loi, à deux reprises, en 2003 et en 2016, a découragé les entreprises ciblées pour bénéficier de ses dispositions, car elles favorisent la position du créancier au détriment du sauvetage de l’entreprise“, selon le directeur à El Karama Holding Mbarek Khamassi.
En 2017, seules 45 entreprises en difficulté ont bénéficié des avantages de cette loi. Le reste des entreprises ferment leurs portes ou finissent dans l’informel.

Africanmanager.com



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)