Accueil > Actualité > Financement de l’économie nationale : Le Burkina Faso lance un emprunt (...)
Financement de l’économie nationale : Le Burkina Faso lance un emprunt obligataire de 80 milliards de francs CFA
1er mars 2020

Pour la conduite de l’opération, Coris Bourse a été désignée par le MINEFID, pour la quatrième fois, pour être l’arrangeur et le chef de file de cet emprunt obligataire. Avec l’implication des émetteurs de monnaie électronique (Coris money et Orange money) et de ses partenaires institutionnels que sont les banques, les institutions de prévoyance sociale, les particuliers, tous les acteurs économiques dans leur ensemble, Coris Bourse espère être au-delà des attentes exprimées par le MINEFID, à la clôture de l’opération, a fait savoir M. Saré. Des missions conjointes de Coris Bourse/Trésor vont sillonner la sous-région pour promouvoir l’opération et rassurer de la bonne qualité de la signature de l’Etat burkinabè, a-t-il expliqué.

La Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique a lancé l’emprunt obligataire du Burkina Faso dénommé « TPBF 6,5% 2020-2028 », le jeudi 27 février 2020, à Ouagadougou. Cet appel public à l’épargne vise à mobiliser 80 milliards de francs CFA au profit de l’Etat burkinabè.

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) veut réussir le pari de la mobilisation des ressources pour le financement du développement national. A cet effet, la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP) a procédé au lancement de l’emprunt obligataire par appel public à l’épargne, dénommé « TPBF 6,5% 2020-2028 », le jeudi 27 février 2020, à Ouagadougou.

Le montant indicatif de cet emprunt est de 80 milliards de francs CFA représenté par 8 millions d’unités d’obligations d’une valeur nominale de 10 mille FCFA chacune, avec un taux d’intérêt de 6,5%. La durée de l’emprunt est de 8 ans avec un différé de deux ans. La souscription est ouverte du 27 février au 13 mars 2020. Peuvent souscrire à cet emprunt, les personnes physiques et morales jouissant pleinement de leurs prérogatives légales, résidant ou non dans la zone UEMOA.

Selon le directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon, cet appel public à l’épargne entre dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de finances 2020. Il vise à mobiliser des ressources pour financer les projets porteurs de croissance inscrits dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) au titre de 2020, a-t-il précisé. L’opération va également contribuer à combler le besoin de financement du budget de cette année qui est de l’ordre de 237 milliards FCFA, a ajouté M. Sanon.

Pour la conduite de l’opération, Coris Bourse a été désignée par le MINEFID, pour la quatrième fois, pour être l’arrangeur et le chef de file de cet emprunt obligataire. L’innovation majeure de cet appel public à l’épargne est l’introduction des souscriptions électroniques à travers les plateformes de Coris money et de Orange money en plus des souscriptions physiques.

« Cette innovation va permettre au large public de s’impliquer dans la mobilisation des ressources au profit de l’Etat. Et partout où le citoyen se trouve, il peut librement souscrire à cette opération afin d’accompagner le gouvernement dans ses efforts de mobilisation de ressources sur le marché financier sous régional », a indiqué le directeur général de Coris Bourse, Yacouba Saré.

Avec l’implication des émetteurs de monnaie électronique (Coris money et Orange money) et de ses partenaires institutionnels que sont les banques, les institutions de prévoyance sociale, les particuliers, tous les acteurs économiques dans leur ensemble, Coris Bourse espère être au-delà des attentes exprimées par le MINEFID, à la clôture de l’opération, a fait savoir M. Saré. Des missions conjointes de Coris Bourse/Trésor vont sillonner la sous-région pour promouvoir l’opération et rassurer de la bonne qualité de la signature de l’Etat burkinabè, a-t-il expliqué.

Pour le directeur général de la DGTCP, cette opération conserve les mêmes avantages que celles précédentes. Il s’agit notamment, de l’exonération fiscale pour les résidents du Burkina Faso, de l’inscription des titres de l’opération à la cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières, de leur admissibilité au guichet de refinancement de la BCEAO et du remboursement trimestriel des échéances, a-t-il souligné. Cet emprunt bénéficie de la garantie souveraine de l’Etat du Burkina Faso.

Mahamadi SEBOGO
Windmad76@gmail.com
www.sidwaya.info


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)