Accueil > Espace entreprise> Développement personnel - Organisation > Avoir confiance en soi et lutter contre le défaitisme
Avoir confiance en soi et lutter contre le défaitisme
8 août 2017
Version imprimable de cet article

Si, vous pouvez avoir confiance en vous ! Tout ce que vous devez faire est de vous débarrasser de l’attitude défaitiste qui ruine votre confiance en vous. C’est un mode de pensée autodestructeur. Beaucoup d’entre nous traversent la vie avec cette attitude préjudiciable.

Faites le point pour voir si certains des malfaiteurs suivants envahissent vos pensées :

Si, vous pouvez avoir confiance en vous ! Tout ce que vous devez faire est de vous débarrasser de l’attitude défaitiste qui ruine votre confiance en vous. C’est un mode de pensée autodestructeur. Beaucoup d’entre nous traversent la vie avec cette attitude préjudiciable.

Faites le point pour voir si certains des malfaiteurs suivants envahissent vos pensées :

1- Le « tout ou rien », un tireur isolé.

Cette façon de penser vous empêche d’apprécier même les petites victoires que vous offre la vie. Je suis prêt à parier que vous étiez ce petit garçon qui rentrait de l’école en pleurant parce qu’il avait fait une seule mauvaise réponse à un devoir !

Vous vous voyez comme un raté total lorsque vos performances -quelles qu’elles soient- ne sont pas parfaites. Vous auriez pourtant confiance en vous si seulement vous ne dépensiez pas autant d’énergie à vous dévaloriser !

2- Le sombre nuage de la destruction.

Ouvrez grand les yeux ! Il y a une catastrophe à chaque coin de rue. Guettez-la ! Le nuage sombre de la destruction vous fait penser des choses stupides telles que « j’ai échoué à mon contrôle de chimie, ça ne sert plus à rien de penser à entrer à l’université maintenant ».

3- La dénégation, un seigneur de guerre.

Si vous écoutez la voix malfaisante du défaitisme, vous n’aurez jamais confiance en vous. Elle distille l’idée pervertie que tout ce qui est bon ne compte pas vraiment. Elle fera une vraie montagne de chaque petite fourmilière négative.

Par exemple, si vous remportez huit concours de chant, mais que pour le neuvième, vous avez un rhume et ne terminez que second, le défaitisme ne comptera que ce neuvième résultat et vous ne considérerez jamais les huit premiers trophées pour les grandes réussites qu’ils représentent.

4- Le monstre du « si je le sens comme ça, c’est qu’il doit en être ainsi ».

C’est un peu comme un ver informatique qui infesterait toutes les parties saines et bien pensantes de votre cerveau ! Une personne avec ce type d’attitude n’aura confiance en elle que le jour où elle s’apercevra que ce qu’elle ressent n’est pas forcément en adéquation avec la réalité. Nous avons tous nos jours où nous n’avons pas l’air en forme et où nous ne sommes pas au mieux de nos capacités.

Le syndrome du « je me sens stupide, c’est donc que je dois être stupide »ouvre la voie à nos émotions afin que celles-ci contrôlent nos vies. Ne considérez pas aveuglément ce que vous dictent vos émotions comme étant la vérité. Ayez suffisamment confiance en vous pour penser que demain vous vous sentirez mieux.

5- L’aura sinistre du « devoir faire ».

Les perfectionnistes sont très doués pour ce genre de déclarations. L’emploi de la formule « je devrais » traduit davantage ce que vous pensez que les autres attendent de vous plutôt que ce que vous voulez vraiment. Les déclarations du « devoir faire » peuvent prendre des formes telles que : « tout le monde devrait avoir un projet d’éducation ». La personne qui entend ceci se dit alors : « oh non, moi je n’ai pas de projet d’éducation, il doit y avoir quelque chose qui ne va pas chez moi ».

6- Les étiquettes calomnieuses.

Mettons celui-ci en prison et débarrassons-nous de la clé. Vous connaissez le dicton. C’est ce que l’on dit quand on veut incriminer quelqu’un ou quelque chose. « Je suis un perdant, ça doit être de ma faute ». Si vous comptez user d’étiquettes, alors étiquetez-vous comme une personne sûre d ’elle.

7- L’annihilateur de compliments.

Cette attitude pernicieuse et effrayante consiste à vous empêcher d’accepter le moindre compliment. Si quelqu’un vous dit que vous avez belle allure dans cette robe, essayez pour une fois d’empêcher le petit diable maigrichon qui vous hante de répondre : « Vraiment ? Je pensais qu’elle me grossissait ! »

Il y a néanmoins une bonne nouvelle. On peut reconnaître toutes ces attitudes scélérates, la bataille est alors à moitié gagnée. Armez-vous de courage et entrainez-vous à repousser les assauts de vos pensées défaitistes.

actu-master.com





DE LA MÊME RUBRIQUE...




FINANCES

Devises
Matières Premières

Cours des matières premières fournis par Investing.com France.
Bourses (BRVM)