//Village Artisanal de Ouagadougou : les nouveaux arrivants s’attèlent à la reprise de leurs activités6 min de lecture
Village_Artisanal_de_Ouagadougou_nouveaux_artisans_4_.jpg

Village Artisanal de Ouagadougou : les nouveaux arrivants s’attèlent à la reprise de leurs activités6 min de lecture

Le Village Artisanal de Ouagadougou pour bon nombre d’artisans représente une vitrine indispensable à la promotion de l’artisanat Burkinabé et notamment à l’éveil des talents mis en exergue à travers ce cadre enchanteur et révélateur de la culture du « pays des hommes intègres ». Mais c’est un cadre moins enchanteur et moins accueillant que nous observons en arrivant sur les lieux. Des panneaux indicatifs encore révélateurs de la situation de précarité qui a prévalue dans ce village depuis un certain temps.

En rappel des artisans qui refusaient de partir, après y avoir passé 12 ans, ont été déguerpis le samedi 4 février 2012 par la chambre de commerce. Ces derniers, mécontents de la décision ont porté le différend devant la justice qui a tranché en leur faveur. Le même jour, une décision de justice a ordonné à la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) de rouvrir les portes du Village aux artisans déguerpis, L’argument du Tribunal de grande instance de Ouagadougou étant que la CCI – BF ne peut pas mettre fin au contrat de bail entre elle et les artisans. Ce qui demeure assez confus est que les artisans ne sont pas unanimes sur le principe de rotation, certains ayant accepté de partir et d’autres refusant au point d’engager une grève de la faim.

Dieudonné Kabore, porte-parole des artisans, a souligné que ce déguerpissement est une injustice faite à leur égard car ils sont les tout premiers à intégrer le Village artisanal. Il faut souligner que la Chambre de commerce et d’Industrie n’était pas représentée au tribunal. Toutefois pour l’heure une nouvelle donne s’installe progressivement au niveau du fonctionnement du village artisanal.

La nouvelle dynamique du village artisanal de Ouagadougou

Pour plus d’uns, l’heure est aujourd’hui à une nouvelle vision et à une nouvelle manière de procéder au niveau du fonctionnement du Village artisanal. Le principe du Septennat étant requis comme la norme par tous et ayant été accepté par la plupart des nouveaux arrivants. A ce titre, on pourrait se permettre d’affirmer que c’est un nouveau village artisanal aux allures de grande Démocratie qui se forme aujourd’hui tant et si bien que chaque artisan travaille aujourd’hui pour le respect de la rotation telle que voulue par les administrateurs et surtout pour une collaboration harmonieuse et fructueuse entre l’administration et les administrés représentés dans ce cas de figure par les artisans en place. La tempête semble être passée mais la triste réalité de l’installation demeure.

La difficile installation des nouveaux artisans

« Nous venons d’arriver mais c’est un peu difficile, les boutiques ont été scindées pour donner place à deux artisans sur le même espace, les galeries sont encore vides et au-delà des petites visites, les clients ne se bousculent pas vraiment ! », c’est par ces propos que Mohamed CONGO, peintre au village artisanal, a bien voulu répondre à nos questions. Pour cet artisan, le fond du problème n’est pas de rester ou de partir mais de pouvoir en tant qu’artisan nouer les bons contacts et surtout accepter que la chance soit offerte en toute équité à tous les artisans du BURKINA de passer par ce cadre, qu’il considère comme une véritable opportunité pour l’artisanat Burkinabé d’être bien connu, vendu et exporté. Favorable au nouveau principe de rotation, Monsieur CONGO se dit prêt pour laisser la place à d’autres artisans dès 2013, année de la fin de ses sept années de présence au village artisanal.

Village_Artisanal_de_Ouagadougou_nouveaux_artisans_4_.jpg

Salfo NABALOUM, artiste bronzier installé au village artisanal depuis seulement un mois, se réjouit quant à lui de la chance qui lui a été donnée d’exposer son talent. Dans le même ordre d’idées, il adhère aussi à la rotation et se dit très heureux que la tempête du conflit soit passée. Toutefois, il n’omet pas le fait que l’administration du village artisanal, devra mettre des moyens conséquents pour une meilleure organisation car pour lui, les bonnes affaires sont assujetties à un cadre artisanal mieux organisé et fonctionnant correctement. Limage du village ayant été un peu ternie, il faudrait redorer le blason du village artisanal pour attirer plus de touristes et de clientèle. En dehors de cette difficulté de confusion organisationnelle, l’heure est à l’attente et à l’observation.

L’artisanat de proximité en éveil

Village_Artisanal_de_Ouagadougou_nouveaux_artisans.jpg

Les récents conflits entre la chambre de commerce et les 49 artisans du village artisanal, n’aura pas connus que des conséquences négatives. Dores et déjà, le conflit qui semble avoir trouvé un dénouement à l’amiable, a permis aux artisans déguerpis de s’installer dans les différentes périphéries de la ville de Ouagadougou. Pour les plus chanceux, les nouvelles installations se sont faites rapidement et pour d’autres, c’est encore des battisses de fortunes mais qui n’enlèvent rien à la qualité des articles qui y sont exposés. C’est donc un artisanat de proximité qui est entrain de naitre et qui pourrait, nous le pensons, être une seconde vitrine pour la promotion locale de l’artisanat Burkinabé. L’artisanat Africain ayant toujours été une affaire des touristes occidentaux, intéresserait peut être de plus en plus les burkinabé et deviendrait de part la proximité une caractéristique s’incrustant dans le vécu quotidien des citadins comme le souhaite si bien Boureima NABALOUM, auteur de bandes dessinées, illustrateur, peintre et caricaturiste, exposant au Village Artisanal de Ouagadougou (VAO).

Village_Artisanal_de_Ouagadougou_nouveaux_artisans_3_.jpg

La culture Burkinabé est en pleine expansion et la promotion de l’artisanat est devenue un domaine de prédilection. Le plein épanouissement de nos artisans passe par un village artisanal en plein essor et fonctionnant selon des principes d’équité et de droit. Dès lors, un appui et un soutien financier s’impose pour la restauration du Village Artisanal de Ouagadougou, en a jugé une expertise (réalisée par monsieur Maurice SAMA, Gestionnaire du VAO) fixant l’état des lieux et des recommandations indispensables sous formes de plan d’urgence.

Village_Artisanal_de_Ouagadougou_nouveaux_artisans_2_.jpg
Village_Artisanal_de_Ouagadougou_nouveaux_artisans_5_.jpg

Visitez le site officiel du Village Artisanal de Ouagadougou

Le Village Artisanal de Ouagadougou, dernier né des espaces de création, de production et de vente est une structure moderne qui représente et commercialise de façon permanente l’artisanat burkinabé. Situé à côté du SIAO, le Village Artisanal rassemble plus de 500 artisans parmi les meilleurs du Burkina, répartis dans 25 métiers. Convivial et aéré, le site compte près de 50 ateliers installés dans des bâtiments de couleur ocre, construits en éventail autour d’une place avec son bar.

Le Village Artisanal, véritable creuset de talents, est une plate-forme idéale pour tous les artisans du pays dont il confirme la vitalité et la créativité.

Contacts

Village Artisanal de Ouagadougou

01 BP 6442 Ouagadougou 01

Burkina Faso (West Africa)

Tél. : 00226 50 37 14 83

Fax : 00226 50 37 14 59

Mail : village.artisanal@fasonet.bf

Robert SAWADOGO pour Burkinapmepmi.com