//Salon des Banques et PME de l’UEMOA: c’est parti pour la 7e édition--Temps de lecture estimé: 4 min
M. NAGLO en pleine interview

Salon des Banques et PME de l’UEMOA: c’est parti pour la 7e édition--Temps de lecture estimé: 4 min

Le Salon des Banques et PME (SBPME) de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA)  tiendra sa septième édition du 02 au 05 novembre 2021 à Ouagadougou. C’est ce est ressorti de la conférence de presse du  comité d’Organisation (CO) du salon le 29 octobre 2021. Pour cette édition, les échanges se feront autour  du thème : « Transformation des économies africaines : contribution et impact des PME de l’UEMOA ».Le SBPME  est une rencontre d’affaires, de l’innovation et de partage  d’expériences ente Banques et PME de l’UEMOA. C’est une tribune dédiée aux artisans, Micro-Petites-moyennes entreprises et Industries ainsi qu’aux startups de la zone UEMOA, avec la participation des structures d’accompagnement financières et non financières. Pour cette présente édition, plusieurs activités sont au programme. Ce sont : 15 panels, des conférences et formations pratiques 5 espaces d’expositions. Le salon se tiendra sous forme  de villages animés par des experts. Selon le Président du Comité d’Organisation, Secrétaire Permanent du salon, Youépéné Hermann NAGALO : « le concept de ce salon a été spécialement étudié afin de concentrer en un même lieu des espaces thématiques qui permettront aux chefs d’entreprises de trouver des réponses opérationnelles aux questions de la gestion quotidienne de l’entreprise notamment la fiscalité, la bonne gouvernance, la comptabilité la communication, les ressources humaines, l’internationalisation et bien d’autres  ». Cette 7e édition du salon est une aubaine pour ces PME de trouver des réponses à leurs préoccupations quotidiennes. C’est pour cette raison que, ce salon, dans son nouveau format voudrait répondre à ces attentes.

Pour contribuer à la transformation des économies et impacter ces économies, il faudrait que les entreprises soient outillées et aient les éléments nécessaires pourcale. C’est pourquoi, 4 thématiques seront développées sous forme de panels pour renforcer leurs capacités à s’ouvrir à  tout ce qui est financier et non financier et avoir les moyens  de s’attaquer aux marchés internationaux. La première thématique portera sur l’économie verte avec le concept de l’économie circulaire. La deuxième portera sur la gouvernance et les bonnes pratiques. La troisième portera sur la digitalisation des économies. La 4e sera sur la mutualisation des expériences. Ces thématiques seront traitées du 02 au 04 novembre accompagnées de formations. Les villages d’expositions se tiendront du 02 au 05. Le 3 novembre, est prévue  la cérémonie de récompense.

Chaque année, le salon connait des innovations. La première innovation était l’introduction de « la caravane des PME » qui permet au PME d’un même pays de mutualiser leurs ressources et faire un déplacement à moindre coût pour aller à la prospection et de faire en même temps un B to B. Ensuite, il y a eu  le « carrefour des PME » qui est un espace pour promouvoir le made  in  UEMOA c’est-à-dire mettre en valeur les produits de la zone UEMOA et le concept « innovated project » qui est un cadre de rencontre entre les structures d’accompagnement financier et non financier.

Pour cette année c’est le concept « village des PME », « village de l’économie verte », « CAP PME » qui ont été introduit pour la redynamisation des PME. Par ailleurs, les pays qui n’abritent pas le salon cette année au regard du contexte sanitaire, pourront suivre le salon et avoir des campus sur place pour faire profiter aux PME qui n’ont pas pu se déplacer.

Pour le représentant de la Directrice Générale de l’Agence Burkinabè des Investissement (ABI), M. KOUSSOUBE Madi, présent à cette conférence, le thème s’inscrit en droite ligne des orientations du PNDS II.  Pour lui,  l’attirer des investisseurs passe par la santé du tissu économique national et de la vitalité des PME/PMI. Donc il va de soi pour l’ABI d’accompagner le comité d’organisation et soutenir ce salon car la mission de l’ABI est de faire du Burkina la destination des investisseurs.

Commentaires

Numéro d’édition: 412

Source: L’ECONOMISTE DU FASO

TAGS: