//Leçon d’entreprise n°070 : Repérez vos tics et débarrassez-vous en !2 min de lecture

Leçon d’entreprise n°070 : Repérez vos tics et débarrassez-vous en !2 min de lecture

Tout le monde a des tics dans une situtation de prise de parole en public. Ou tout du moins, tout ceux qui n’ont pas appris à les repérer et les maîtriser. On en rencontre deux sortes :

Les tics de langage

Quels sont-ils ?

Il y a d’abord le plus évident : le “euh”. Il apparaît au moment où on hésite, où on réfléchit. Il intervient dans toute situation de prise de parole : devant un public ou dans une conversation courante. On l’entend également très souvent chez des professionnels des médias.
Il y a ensuite les mots inutiles, ceux que les anglophones appellent “filler words”, les “mots de remplissage”. Il s’agit par exemple de “voilà”, “quoi”, “bon”, “alors”, “je dirais”… il y en a une infinité.

Les repérer

Il suffit de demander à quelqu’un de vous les signaler. Ou encore de vous enregistrer dans une situation de prise de parole. Attention, vous risquer d’être étonné parce que vous n’avez sans doute pas conscience de la plupart d’entre eux.

Les corriger

Une fois que vous les avez repérés, vous avez déjà parcouru la moitié du chemin. Vous saurez anticiper le moment où ils vont “surgir”. il faudra les remplacer par une pause, un silence.
Le silence est le meilleur ami de celui qui prend la parole : il permet au public de digérer ce qui vient d’être dit et il relance leur vigilance en proposant une rupture dans le discours.

Les tics gestuels

Quels sont-ils ?

Il s’agit des gestes dits “adaptateurs”. Ils ne sont en rien liés au discours et le parasitent : jouer avec son stylo, tripoter son alliance, se toucher le nez ou les oreilles, se remettre en place une mèche de cheveux, etc.
Les professionnels des médias et de la politique n’en ont en général aucun.

Les repérer

Comme pour les tics de langage, demandez à quelqu’un de vous les signaler.
Filmez-vous et regardez-vous ensuite avec objectivité. Pensez à regarder également le film en vitesse accélérée, vous repérerez mieux les schémas récurrents.

Les corriger

Comme pour les tics de langage, il faut repérer les moments où ils vont arriver et à la place… ne rien faire !
Pensez également à vous tenir éloigné de tout objet qui pourrait vous entraîner vers ces gestes parasites.

Pascal Haumont, Consultant-formateur